Condom d'Aubrac

 
Actualités

Passage de Carays rétabli

06/11/2018
Passage de Carays rétabli

CARAYS : sous la passerelle coule La Boralde

A l’heure où l’information circule à grande vitesse, où la distance n’est plus un obstacle à la communication il reste un patrimoine ancien que l’on néglige trop alors qu’il était stratégique pendant des siècles.

En effet, pour enjamber les Boraldes, que ce soit la Flaujaguèse, le Menepeyre ou les Eaux Noires on empruntait les différents ponts pour se rendre d’une colline à l’autre. Ces nombreux magnifiques ouvrages, parfois typiques ont pour certains disparus faute d’entretien (Le Martinet, Laous ) ou résistent dans un état précaire (Rials) ou sont encore debout (Le Viala, Salelles, Bonneval ) mais pour combien de temps ?

Il en est un, parmi les plus stratégiques par sa situation géographique, qui a disparu depuis plus de 30 ans, c’est le Pont de CARAYS.

Au confluent des 2 Boraldes, il permettait de relier Castelnau, Salgues, Aunac (voire St Côme) d’une part et Montpeyroux, Curières, Laguiole d’autre part.

A la fin des années 70, des pistes forestières ont été ouvertes afin de planter des sapins, au départ d’Aunac en direction de La Bastide en passant par Canto Messo. Un projet devait relier aussi les bois sectionnaux de La Poujade mais pour cela il fallait traverser La Boralde. C’est alors que l’on construisit un pont composé de panneaux de béton et d’une pile centrale à côté du pont plus que centenaire.

Nous ne possédons malheureusement pas de photos de l’ancien pont en voute mais il avait été conçu de façon à résister aux fortes crues et aux caprices des eaux tumultueuses de La Boralde.

On ne peut que déplorer et être attristé du manque de réflexion et du gaspillage de l’argent public car ce nouvel édifice en béton construit en amont de l’ancien bloqua des embâcles lors de grosses crues qui emportèrent le pont ancestral.

C’était au début des années 80, à cette époque là personne n’a pensé à demander des comptes aux coupables et il restait ce pont en béton aussi laid qu’inapproprié.

Les saisons se succédèrent avec leur lot de mauvais temps, les arbres morts et autres embuches qui ne manquent pas dans ces vallées escarpées. Souvent les riverains ou les motards locaux ont du intervenir pour déboucher les deux arches encombrées de bois mort qui s’empilait et empêchait l’eau de s’écouler.

Les fortes pluies de janvier et février 2017 ont eu raison des lieux.

       

Les embuches se sont accumulées, l’eau pour contourner l’obstacle a ouvert une brèche dans le talus et séparé les deux rives. Par conséquence, plus personne ne pouvait traverser : ni les marcheurs du circuit de l’Aubrac vers Bonneval (variante du St Jacques), ni les vététistes, ni les motards.

Dans cette situation c’est vers la commune que les demandes des usagers ont convergées. Mais que faire avec les budgets très contraints dont disposent les petites mairies actuellement ? Pas question de construire un nouvel ouvrage !

Après beaucoup de concertations, de bienveillance de la part des services de l’Etat, la mairie, le club Moto Nature d’Olt, le club VTT de Salgues ont décidé de désosser le pont en béton (source du problème) et de créer une passerelle.

La municipalité a fournit le matériel et le terrassement avec l’aval de la Police de l’eau. Le club Moto Nature d’Olt s’est chargé de la fabrication et de la mise en place de la passerelle.

Tout ne s’est pas fait facilement, les aides financières, s’il y en a, ne sont pas encore arrivées, mais la circulation est rétablie grâce à l’implication des bénévoles.

Merci à tous : les riverains, les artisans, le club Moto Nature d’Olt, le club VTT de Salgues, les chasseurs et la mairie de Condom d’Aubrac.

Y. et C. M